104917 Dernière mise à jour le : : 22/05/2017
L’Hypothyroïdie Trop Souvent Ignorée (5/9)

En conclusion des considérations développées quant à l’impact néfaste de l’hypothyroïdie sur la santé vasculaire, sur la tension artérielle, sur les facteurs de risques cardiovasculaires (cholestérol, triglycérides, homocystéine, glucose, insuline), on ne s’étonnera pas de l’effet antiathérogène du traitement correcteur thyroïdien, effet célébré par de nombreuses publications. Je vous renvoie pour plus de détails à la rubrique «Conferences – Functional Medicine – Thyroid» sur mon site internet www.gmouton.com (téléchargement gratuit).

Toujours dans le domaine cardiovasculaire, il existe un autre symptôme largement méconnu mais bel et bien publié (et j’ai au affaire à un cas flagrant) : c’est l’allongement de l’intervalle QT à l’électrocardiogramme, une anomalie qui disparaît avec la correction de l’état thyroïdien. Voilà encore un facteur de risque cardiovasculaire pouvant inquiéter vos cardiologues car tous ne connaissent pas le lien avec la glande thyroïde, un autre fruit amer de la scission de la médecine en spécialités trop indépendantes les unes des autres...

Abordons maintenant les conséquences de l’hypothyroïdie sur le système nerveux. Il faut mentionner en priorité la somnolence: les patients disent souvent qu’ils s’endorment partout, dès qu’ils cessent leurs activités. Le sommeil peut être prolongé (jusqu’à 10h30 ou même 12 heures), profond, avec un réveil matinal très difficile, nécessitant beaucoup de temps et... de café. Parfois, on observe l’inverse, à savoir un sommeil trop léger avec une hypersensibilité au bruit. Il n’est pas du tout inhabituel de rencontrer simultanément un symptôme et son contraire, comme déjà discuté avec le gain de poids mais aussi la perte de poids. Dans tous les cas de figure, le sommeil est rapporté comme non récupérateur et le patient s’éveille aussi fatigué qu’à son coucher, sans aucune motivation et sans force vitale.

Une manifestation typique des cas modérés d’hypothyroïdie consiste à surcharger son agenda, privilégiant des activités multiples souvent brouillonnes et inefficaces. Cette hyperactivité compensatrice dynamise les patients car elle stimule la fonction thyroïdienne (tout comme le fait une activité sportive d’intensité modérée, parfois recherchée par ces patients). Toutefois, dès que que la machine s’arrête, c’est l’écroulement total et on connaît des patients débordant d’activité pendant leur journée de travail qui s’effondrent une fois rentrés chez eux. Ils trouvent à peine la force de se traîner du divan à leur lit, sans aucune énergie pour se préparer un repas du soir de qualité décente. Quant à leurs dimanches, il ne faut pas vous faire un dessin, d’où la notion de «syndrome du dimanche».

Poursuivons dans le domaine neurologique avec les troubles auditifs: acouphènes, perte d’audition, vertiges, syndrome de Ménière... On retrouve la gamme quasi complète des pathologies de l’oreille interne; or, les ORL ne font pas nécessairement le rapprochement!

Les patients peuvent être affectés par les troubles musculaires les plus divers: crampes (nocturnes mais pas nécessairement, aussi au cours de la pratique sportive), contractures, voire myopathie véritable ou inflammation du muscle avec hausse nette des enzymes spécifiques CPK détectée à la biologie sanguine. La tendance aux contractures musculaires provoque souvent des blocages aigus: torticolis, dorsalgies, lumbagos paralysants qui clouent les patients dans leur sofa... L’ampleur de ces contractures musculaires devrait toujours faire rechercher une insuffisance thyroïdienne dont la correction constituera la seule manière de soulager durablement, parfois définitivement, ces cas autrement infernaux.

Que dire alors de la fameuse fibromyalgie, une étiquette collée un peu trop facilement sur le dos des patients hyper-algiques! Et si c’était, là encore, un coup bas de cette thyroïde? 

 
NEWS

Retrouvez quelques autres articles ou pages concernant notre activité :

docteur georges mouton, dr mouton, georges mouton, docteur mouton, médecin georges mouton
qsdqsdq

FOLLOW US